UN PEU DE MOI DANS CHACUNE DE MES HEROINES...

©Tiffany Oliver

 
 

MON UNIVERS

 

1/ Mes habitudes de travail

J'adore écrire tôt le matin quand toute la maison dort encore. J'allume une petite lumière, mon ordinateur et mes doigts pianotent sur mon clavier. Seul le bruit des touches m'accompagne. Je n'écoute pas de musique, j'apprécie le silence pour écrire. Je suis très productive au réveil. Je peux écrire trois pages en une heure avant que le réveil de mes enfants ne sonne, et mettre cinq heures pour écrire une page l'après-midi !

Je ne peux écrire sans une tasse de café à côté de moi. C'est une addiction.

Je n'arrive pas à éteindre mon téléphone portable, et me laisse souvent distraire par les notifications Facebook !

J'ai toujours avec moi un calepin où j'annote mes idées. Au départ, je m'applique à bien écrire, mais à la fin, tout est rayé, entouré... un vrai cahier de brouillon. 

2. Mes sources d'inspirations

Je mentirais si je disais qu'il n'y avait pas de ma vie personnelle dans mes romans. Non, je ne suis pas un "serial killeur", mais de nombreux clins d'oeils sont présents dans mes histoires. Des bars que j'ai fréquentés, des quartiers  j'ai vécu. Par exempleRaphaël, le fils ainé d'Alexane, mon héroïne, est étudiant à l'ESSCA qui fut mon école de commerce... Mon premier roman se passe essentiellement dans le premier arrondissement de Paris, entre le parc des Tuileries, la place Vendôme... Mon quartier au moment où j'ai écris la Fée noire... J'ai donné le prénom de mon héroïne Alexane à ma fille.

Pour mon entourage, c'est parfois déroutant. Des amis se reconnaissent dans les traits de caractères de mes personnages ! Aujourd'hui, je me nourris de mes lectures, de l'émission radio de Christophe Hondelatte sur Europe 1 que j'écoute tous les jours, des faits divers dans la presse.

 

3.La construction de mes histoires

Quand je commence un roman, j'ai le premier chapitre dans la tête et la fin, mais jamais le milieu. Si je connaissais toute l'histoire avant de me lancer dans l'écriture, je ne prendrais plus de plaisir. Ce que j'apprécie quand je m'installe derrière mon ordinateur est le fait de ne pas savoir ce que je vais écrire dans la journée. Je me laisse porter par mes personnages et leurs ressentis. C'est ainsi que la fin de mon troisième roman "On a tous une bonne raison de tuer" a pris un tout autre chemin que celui que je pensais écrire initialement. Ensuite, j'écris toujours des chapitres courts avec des fins qui invitent à lire la suite. 

   

4.Temps d'écriture

Entre l'élaboration de la trame générale, le temps de l'écriture et toute la phase de correction, je consacre une année entière à la création d'un roman. Cela ne signifie pas que j'écrive tous les jours et 7 heures par jour. Non, loin de là. L'écriture doit rester un plaisir. Il y a des périodes, où je n'arrive pas à écrire une ligne. Je ne culpabilise pas. Je fais autre chose et un jour, l'envie, le besoin de me mettre derrière mon ordinateur revient. Par contre, quand je suis dans une phase d'écriture, il m'est pénible de devoir éteindre mon écran d'ordinateur. Les nuits me paraissent longues et sont perçues comme une perte de temps. Il m'arrive de me lever à 3h du matin pour écrire dans ces moments-là.  

 

5.Mes titres

Je commence toujours mon roman par le titre. Si le titre ne m'apparait pas comme une évidence, cela veut dire que la trame de mon roman n'est pas encore assez précise, et je ne peux le commencer. Il n'y a que mon dernier roman, "Un jour Tu paieras" où j'ai modifié 4 fois le titre en cours d'écriture ! 

6.Mes personnages

Dans mes romans, les femmes prennent beaucoup de place. J'ai deux héroïnes qui me tiennent à coeur: Alexane Laroche, commandant à la Brigade Criminelle de Paris et Pauline Carel, avocate. Elles n'ont rien en commun, sauf d'avoir un peu de moi dans leurs traits de caractères. Ce que j'aime dans l'écriture est de pouvoir être plusieurs personnages à la fois et de leur faire faire des choses que je n'oserais jamais faire dans ma vie ! Quand j'écris, je vis avec mes personnages 24h sur 24, 7j sur 7. Je garde un calepin rouge tout le temps à côté de moi et il m'arrive de me réveiller en pleine nuit et d'écrire quelques lignes sur ce petit cahier. Les idées me viennent principalement la nuit quand je cogite.  

 

MES HEROINES

Alexane Laroche, Commandant à la Crim'

Mon héroïne, Alexane, commandant à la brigade criminelle de Paris, a vu le jour en 2015, dans La Fée noire. Femme d’une quarantaine d’années qui essaye de jongler entre sa vie de flic, d’épouse et de mère, Alexane dirige un groupe au sein de la brigade criminelle, au 36 quai des Orfèvres, composé de cinq hommes que l’on retrouve à chaque enquête. Son mentor, David Menestrel, est le patron de la Crim’. Alexane est une femme de caractère, respectée par ses hommes, qui sait se battre pour eux. Elle est mariée à un avocat pénaliste, Charles, avec qui elle a eu deux enfants, Arthur et Raphaël, âgés de treize et quinze ans. 

Vos retours montrent un intérêt certain pour ce personnage féminin. Cette dernière n’est pas parfaite, commet des erreurs et connaît des périodes de doutes, ce qui la rend d’autant plus attachante.

 

Dans les trois premiers romans, vous retrouvez Alexane et suivez autant le cours de ses enquêtes, que sa vie personnelle mouvementée.

 

Pauline Carel, Avocate

Pauline Carel est une avocate pénaliste d’une trentaine d’années, installée à Paris. Elle travaille au sein du cabinet Brayard, situé dans le 17ème arrondissement. Elle ne traite que des dossiers difficiles (viols, pédophilie...), et jamais du côté des victimes ! Elle est carriériste, ambitieuse, perfectionniste, et sait ce qu’elle veut. Pauline est célibataire, sans enfants. Solitaire, sa vie sociale est limitée. Son enfance difficile, passée auprès d’un père violent qui a tué sa mère lorsqu’elle avait 10 ans, fait d’elle une femme torturée.

 

Pauline est une héroïne attachante qui, sous ses airs de femme conquérante, cache une grande fragilité. Elle est avant tout une victime, qui essaye de s’en sortir…

Pauline apparaît dans mon quatrième roman: "Un jour, Tu paieras".

 

 

 

©2020 Pétronille Rostagnat - Site Officiel